24 janvier 2012 2 24 /01 /janvier /2012 20:55

6 Janvier 2012

200 panneaux publicitaires franc-comtois vous proposent 20 cm de pur bonheur ! 

 

 

20 CM

Agence Dartagnan - Besançon

 

 

Qu'on aime ou pas, cette affiche, sortie d'une agence de publicité bisontine,  ne laisse personne indifférent... ça fait jaser dans les chaumières ! C'est le but... alors bravo... c'est subtil, amusant... Il fallait y penser... Certains vous diront sans doute que 20 cm c'est peu ! 

  

 

SAUCISSE MORTEAU est republicain

Photo : Source Est Républicain 

 

 

C'est la marque "Morteau Saucisse" qui s’est offert cette campagne plutôt polissonne. Il fallait oser... ça mérite bien un petit lien vers leur site officiel : morteausaucisse.com

 

Repost 0
18 mars 2010 4 18 /03 /mars /2010 20:25


Une autre façon de préparer le Mont d'Or : la croûte au Mont d'Or...

(Article spécialement mis en ligne pour la Pépée)

Ingrédients :
Vin blanc (selon vos goûts : Chardonnay, Béthanie... Henriette de Quingey pour ceux qui peuvent s'en procurer !)
Pain de campagne
Oignons
Jambon
Un Mont d'Or
Une salade verte, en accompagnement



Couper le pain de campagne en tranches,
Imbiber les tranches de pain avec le vin blanc du Jura,
Disposer les tranches au fond du plat,


CROUTE AU MONT D OR 1


Recouvrir le pain avec des tranches de jambon et les oignons découpés en lamelles,


CROUTE AU MONT D OR 2


Saler et poivrer selon les goûts,
Ajouter ensuite le Mont d'Or coupé en tranches,


CROUTE AU MONT D OR 3


Mettre au four (thermostat 7) pendant 20 minutes,
Servir avec une salade verte... et du vin blanc du Jura...


CROUTE AU MONT D OR 4


Déguster...

Repost 0
6 février 2010 6 06 /02 /février /2010 14:33


Si je vous dis FROMAGE FRANC-COMTOIS ?... Vous me répondrez sans doute : COMTE, MORBIER, CANCOILLOTTE...

Mais connaissez-vous LE CACOUYARD, ce délicieux fromage aux arômes de noix ???

Ce nom est issu du patois franc-comtois "cacouyer" qui voulait dire "remuer, mélanger, brasser le fromage". Le nom de Cacouyard désignait celui qui cacouyait. Les cacouyards d'aujourd'hui, ce sont nos artisans fromagers. Et vos cacouyards vous présentent leur fromage "Le Cacouyard"... Petit clin d'oeil à leur métier et à leur histoire...


LE CACOUYARD


Dans la fromagerie "Les Philippe", le fils Adrien a succédé au père Claude. Apprenti à 16 ans, formé à Poligny et Mamirolle, il est depuis installé à Septfontaine. En plus des fabrications traditionnelles, il a créé :

- "L'Etienne" (en hommage au grand-père Etienne), sorte de camembert, mais plus typé,
- "Le Cacouyard" : fromage à pâte molle du style Reblochon, frotté à la liqueur de noix.

Les ventes de la fromagerie PHILIPPE sont en constante progression. «Grâce au bouche à oreilles qui reste la meilleure des publicités.»


Toasts au Cacouyard :

Pour 4 personnes
Coupez 12 tranches de pain, tartinez les de beurre. Ajoutez-y un peu de moutarde, puis mettez une portion de Cacouyard sur chaque tranche. Posez les dans une tôle et mettez les au four (th 8) 5 à 10 minutes. Savourez avec une salade verte.


Feuilleté au Cacouyard :

Enfermez le Cacouyard moutardé dans la pâte feuilletée. Soudez bien et badigeonnez avec un jaune d'oeuf. Disposez le tout sur une tôle à tarte et enfournez 15 à 20 minutes (four moyen). Laissez reposer 5 minutes hors du four avant de servir.


Et dire que c'est une Alsacienne qui m'a fait découvrir ce fromage !!!..
Merci Line...

Repost 0
28 novembre 2009 6 28 /11 /novembre /2009 14:14


J'ai testé cette recette proposée par Pivoine sur cancoillotte.net... 

Verdict : délicieux et enfantin à réaliser... A vos casseroles !



Ingrédients (pour 2 personnes) :

JPEG - 96.5 ko
  • 1 saucisse de Morteau
  • 3 poireaux moyens
  • 1 c à s de crème fraîche épaisse
  • 50 g de comté râpé
  • 50 g de beurre
  • 40 g de chapelure
  • sel
  • Poivre
  • Muscade râpée.

Préparation :

  • Faire cuire la saucisse dans l’eau pendant 35 minutes .
  • Enlever la peau puis détailler en rondelles. (1 cm)
  • Nettoyer les poireaux et les couper en rondelles.
  • Faire chauffer un peu de beurre dans une casserole.
  • Ajouter les poireaux et laisser cuire à couvert 15 à 20 minutes.
  • Verser ensuite la crème, saler légèrement, poivrer, muscader, mélanger et réserver.
  • Mélanger rapidement le reste de beurre froid, la chapelure et le comté râpé.
  • Disposer les rondelles de Morteau dans le fond d’un petit plat.
  • Couvrir avec la fondue de poireaux.
  • Saupoudrer avec la chapelure au comté.
  • Cuire au four à 180-190° environ 25 minutes
     
Repost 0
12 octobre 2009 1 12 /10 /octobre /2009 21:00


Suite à mon article sur LA FETE DU TROUSSEAU, rubrique US ET COUTUMES, et au commentaire très judicieux de Christophe... Tour Canoz ou Tour Curon ? ... J'ai voulu en savoir plus...


Voici donc la Tour Canoz, telle que je vous la présentais :




Les habitants du Clair Logis, quartier arboisien situé juste au pied de cette Tour, la nomme Tour Canoz depuis toujours. On y grimpe par la côte Curon, aussi bien d'un côté (Arbois), que de l'autre (Vauxelle).

En vérifiant sur la carte, il existe bien un chemin de Curon, mais une rue de la Tour Canoz.

Le Clair Logis est un quartier construit dans les années cinquante par Henri Maire, pour ses ouvriers. Aujourd'hui, on y trouve encore des retraités de chez Henri Maire, mais pas uniquement, car certaines maisons ont été vendues.

Cliché de Philippe Bondaz, visible sur son site philibmonsite.com


Cliché d'Olif, qui nous vante Curon, son clos, sa tour, ses vignes sur paperblog.fr


Toujours Olif, mais sur son blog olif.typepad.com


Bénédicte et Stéphane Tissot en Mars 2001 rachètent environ 2ha de terres en friches, disposées en terrasses, autour de la Tour Canoz. Certaines ne sont pas exploitées depuis 10 ans, d'autres depuis 50 ans.

Ils rachètent ensuite fin 2001 la Tour à la famille du Docteur Millet et réunifient ainsi un très ancien domaine.


Ancien Domaine Dejean de St Marcel, dont la famille Millet descend (Source : stephane-tissot.com)


Les terres en friches (Source : stephane-tissot.com)


En Juillet 2002, ils replantent du cépage Chardonnay, cépage historique du Clos.


La Tour de Curon, sur le site stephane-tissot.com


Arbois Réserve de Curon 1950 de Marcel Poux (Photo : Olif sur leblogdolif.com)



Il y a fort à parier que le "Clos de la Tour Curon" sera à la hauteur des espérances.

Louis Pasteur lui-même en étudiant le vignoble d'ARBOIS déclara le 28 septembre 1864 : "Les vignes de la côte de Curon passent pour les mieux exposées, celles où il y a le plus de maturité et où l'on fait le meilleur vin". 
Repost 0
21 juin 2009 7 21 /06 /juin /2009 16:00

Bienvenue dans le Jura, LE PLUS PETIT DES GRANDS VIGNOBLES...

... Alors que la Route touristique des Vins du Jura vient d'être élue "Destination Touristique Européenne d'Excellence".

Précisons d'abord que 90% de la surface viticole jurassienne produisent des vins d'appellation, nos vins sont donc des vins de grande qualité :

quatre appellations "géographiques" : Arbois, Château-Chalon, l’Étoile et Côtes du Jura,
deux AOC "produits" : Macvin du Jura et Crémant du Jura.


Cartographie du vignoble du Jura, impossible de donner la source : on la trouve sur plusieurs sites, dans plusieurs livres parlant du vignoble...


Voici les différents cépages du vignoble Jurassien (3 rouges et 2 blancs) :



LE TROUSSEAU : il donne des vins sombres et robustes. Ce cépage est issu d'un croisement entre le "Petit Verdot" (un des cépages bordelais) et le "Duras" (vieux cépage français que l'on trouve encore dans la vallée du Tarn).

LE POULSARD : également appelé PLOUSSARD à ARBOIS et PUPILLIN. Il donne des vins d'une grande finesse aromatique. Sa couleur est souvent claire, mais  ce n'est pas un rosé.

LE PINOT NOIR : cépage très répandu en France, qui donne des vins d'une belle couleur, d'une grande complexité aromatique.


JURA-ROUGES

Trousseau, Poulsard et Pinot noir, les vins rouges du Jura


LE CHARDONNAY : cépage blanc originaire de Bourgogne, très répandu dans le monde (100.000 hectares de chardonnay seraient plantés à travers le monde). Il peut donner des vins très différents selon le terroir et la vinification.

LE SAVAGNIN : c'est le cépage roi du vignoble jurassien, une presque exclusivité (vous pourrez le trouver dans le Haut-Valais Suisse, sous le nom d'Heida et en Alsace, dans sa variante rose sous le nom de Klevener). C'est un cépage cousin du Gewürztraminer.

Vinifié en blanc sec, il donne alors son nom au SAVAGNIN, une des perles des vins Jurassiens, au goût très particulier de noix et noisettes, typique des vins du terroir.

La plupart des vignerons procèdent à des assemblages CHARDONNAY et SAVAGNIN selon des proportions propres à chacun (10 à 40% de SAVAGNIN).

Le BETHANIE : vin composé de 60% de CHARDONNAY et de 40% de SAVAGNIN, est un de ces assemblages, marque déposée par la Fruitière Vinicole d'Arbois et son Château Béthanie. Pour une bouteille à un peu plus de 8 €, vous aurez une valeur sûre.


P1000099.jpg


Le cépage SAVAGNIN sert aussi à l'élaboration du célèbre VIN JAUNE, un "vin de voile" comme on en trouve très peu, justement considéré comme l'un des plus grands vins du monde. Ce vin, une fois sa fermentation achevée, est conservé en fûts ouvert 6 ans et 3 mois. Un voile de levure se développe en surface et protège le vin de l'oxydation. Une fois le vieillissement terminé, le VIN JAUNE est mis en bouteille en CLAVELIN de 62 cl (1 l de jus de raisin se réduirait globalement à 62 cl à la fin du vieillissement). Le VIN JAUNE peut être conservé 1 siècle sans altération.


P1010462.jpg
Vin Jaune de Bernard Badoz (Source : ma cave)


Le VIN DE PAILLE, vin liquoreux, est une autre curiosité des vins du Jura : élaboré à partir des cépages SAVAGNIN, CHARDONNAY ou POULSARD. Les plus belles grappes sont choisies et doivent sécher au moins 6 semaines (généralement 3 à 5 mois) sur un lit de paille (c'est la méthode traditionnelle), c'est le "passerillage". Cette étape va assurer la concentration des sucres par déshydratation. Aujourd'hui, d'autres méthodes existent : séchage sur pied, sur des petites caisses en bois, en plastique... dans des granges ou geniers secs et aérés. Les raisins sont pressés entre Noël et fin Février, avec un très faible rendement : 20 l environ pour 100 kg de raisins séchés. Le jus fermente alors en cuve jusqu'à atteindre 14 à 18,5° d'alcool, puis vieilli en fût de chêne pendant encore 3 ans. Le VIN DE PAILLE se commercialise dans des petites bouteilles de 37,5 cl.

Le MACVIN DU JURA est obtenu à partir de jus de raisin non fermentés, les moûts, auquel on intègre un tiers de marc. Il est élevé au minimum pendant 12 mois en fûts de chêne et doit présenter entre 16° et 22° d’alcool pour obtenir l’AOC. Les cinq cépages jurassiens répertoriés dans l’AOC "Côtes du Jura" sont tous autorisés dans la production de moûts destinés au Macvin du Jura. Il peut donc être blanc ou rouge, mais la plupart des vignerons le produisent en blanc.

Le CREMANT DU JURA est un vin pétillant, issu des cépages POULSARD, PINOT NOIR, TROUSSEAU, CHARDONNAY et SAVAGNIN.

N'oublions pas la FINE ou MARC DU JURA.


P1010457.jpg
Vieille Fine de la Fruitière Vinicole de Pupillin (48%)
et Marc égrappé de la Fruitière Vinicole d'Arbois (53%)... hips...



Les fêtes et évènements célèbrant les vins du Jura sont nombreux :

La Percée du Vin Jaune qui attire début février plus de 40.000 visiteurs (tous les ans).

La Fête du Trousseau à Montigny-les-Arsures, tous les 3 ans. Elle aura lieu le 23 août 2009.

Les Petites Fêtes de Dyonisos, promenades littéraires dans les chemins vignerons, rencontres-débats et lectures, repas gastronomiques à thème, tous les ans, début Juillet, secteur d'Arbois.

 

La Cérémonie du Biou (tous les ans) : le Dimanche 6 Septembre 2009 à Arbois, le Dimanche 20 Septembre à Pupillin.



Pour une information complète sur les vins du Jura et les nombreux évènements qui vous attendent : http://www.jura-vins.com/ et http://www.laroutedesvinsdujura.com/

Repost 0
14 janvier 2009 3 14 /01 /janvier /2009 22:50


Je ne sais pas vous, mais moi, par les temps qui courent : - 12° tous les matins devant la maison alors que j'habite en plaine !!! Un Mont d'Or chaud samedi soir me conviendrait parfaitement !!!

Regardez, ça ne vous met pas l'eau à la bouche ???




Le Mont d'Or, appelé également "Vacherin du Haut-Doubs" est un fromage produit du 15 août au 15 mars, et disponible en magasin du 10 septembre au 10 mai de chaque année.

Il tient son nom du Mont d'Or, point culminant du département du Doubs (1463 m) et bénéficie d'une AOC en France depuis 1981 et en Suisse depuis 2003.

C'est un fromage à pâte molle, très coulant, ceinturé d'une écorce d'épicéa qui lui donne une saveur très particulière et présenté dans une boite en bois. ll peut se déguster froid, à la petite cuillère sur du pain, ou bien chaud, sur des pommes de terres, accompagné de charcuterie du Haut-Doubs, d'une saucisse de Morteau et, pourquoi pas, d'un vin du Jura ?

Histoire : Les vaches redescendent depuis toujours des pâturages pour passer l'hiver dans les étables, à cause de nos hivers bien trop rigoureux... Elles produisent donc moins de lait. Impossible alors de produire les énormes meules de comté.  Ainsi serait né le "Vacherin du Haut-Doubs".


Bon appétit !!!

Repost 0
16 juillet 2008 3 16 /07 /juillet /2008 08:48


C'est un fromage typique de la gastronomie franc-comtoise, une spécialité incontournable. Elle fait partie de notre quotidien. On la trouve sur toutes les tables.

La cancoillotte possède un aspect si coulant que les francs-comtois diront naturellement "passe-moi la colle". Impossible à décrire en bouche... elle n'a pas d'équivalent. Il faut absolument la goûter !

Origine : Son nom proviendrait de la coille, dérivé franc-comtois du verbe cailler, et désigne le petit lait obtenu après extraction de la crème. C'est ce qui en fait un fromage pauvre en matières grasses (de l'ordre de 5%, beaucoup moins que tous les fromages dits "allégés"). On suppose que la recette a été élaborée par les francs-comtois qui ne voulaient pas avoir à jeter du lait trop rapidement caillé, puis elle a évolué au fil des ans.

Nos grands-mères 
et nos mamans préparaient la cancoillotte à la maison, en remuant avec patience un mélange à base de metton. Il n'est pas facile de réussir une bonne cancoillotte, car de nombreux paramètres interviennent telles que la fraîcheur du metton, les quantités très précises d'ingrédients et la manière de mélanger le tout sans grumeau et sans chauffage excessif. Le metton doit être fondu à feu doux dans un peu d'eau ou de lait avant d'ajouter du sel, du beurre et parfois de l'aïl.

De nos jours, on la trouve toute prête au supermarché, surtout en Franche-Comté, mais parfois aussi sur nos lieux de villégiatures partout en France. Ce n'était pas le cas il y a une quinzaine d'années... Nous devions emporté dans nos valises nos petits pots de cancoillotte pour nos vacances !

On la trouve en pot, nature, aromatisée au beurre, à l'ail. Des variantes au vin jaune, au cumin sont apparues plus récemment.

La cancoillotte se déguste toute l'année et peut se manger chaude (fondante) ou froide. On la trouve bien évidemment sur tous les plateaux de fromage, à déguster sur du pain. Elle est excellente chaude sur des pommes de terre avec une Saucisse de Morteau (autre spécialité typiquement franc-comtoise).


Repost 0