3 novembre 2009 2 03 /11 /novembre /2009 15:43


C'est la devise de la Franche-Comté, elle est le symbole de la détermination des Franc-Comtois.

L'origine (supposée) en est la suivante : Lors du siège de Dole (alors capitale du Comté, dépendant du royaume d'Espagne) par les Français en 1636, le Prince de Condé, à la tête d'une impressionnante armée aurait lancé :

- Comtois, rends-toi !

Les Francs-Comtois, assiégés, auraient alors répondu :

- Nenni, ma foi !

Dole résista trois mois à l'armée française, mais également à la faim et à la peste, grâce à ses habitants réunis autour de l'archevêque de Besançon. Puis les troupes françaises levèrent le camp, car les troupes espagnoles arrivaient à la rescousse.


Une autre théorie situe l'origine de la devise un peu plus tôt : en 1479, la ville de Dole, déjà capitale du Comté, et déjà assiégée par les Français, aurait résisté à Charles d'Amboise, qui dirigeait les troupes de Louis XI. Charles d'Amboise aurait laissé la vie sauve aux survivants, étonnés de leur bravoure... Il ne restait, paraît-il que deux maisons debout !

 

Repost 0
12 mai 2009 2 12 /05 /mai /2009 21:34


11 mai, Saint Mamert
: Archevêque de Vienne en Gaule, mort en 474.

12 mai, Saint Pancrace : Martyr à Rome, mort en 304 à l'âge de 14 ans. C'est le Saint patron des enfants.

13 mai, Saint Servais : Evêque de Tongres en Belgique (mort en 384), aurait subi le martyre à Milan avec son frère Portaux.

Les agriculteurs qui observent l'influence du climat sur leurs plantations depuis des siècles ont toujours remarqué une brutale chute des températures nocturnes à cette période. Ils implorent donc ces trois Saints pour qu'ils protègent les récoltes des dernières gelées du printemps. Une fois passée cette période, les gelées nocturnes ne sont normalement plus à craindre.

De nos jours encore, les météorologues s'accordent à dire qu'une période très froide peut survenir encore jusqu'à fin mai, et tous les jardiniers attendent la fin des Saints de Glace pour planter, repiquer ou semer et ne pas voir anéantis en une nuit le fruit de leurs efforts.


fraisiers
Fraisiers, gelée matinale (Photo : jardinier-amateur.fr)


Depuis 1960, les calendriers n'indiquent plus ces Saints, mais plus couramment :
11 mai : Berthe, Estelle, Stella
12 mai : Achille
13 mai : Gervais, Rolande
En effet, l'Eglise Catholique a préféré nettoyer le calendrier des Saints donnant lieu à des pratiques rituelles peu en rapport avec la liturgie et soupçonnées de paganisme.

Dans certaines régions, on y ajoute Saint Boniface, le 14 mai.

Plus au Sud, on invoque parfois Saint Georges, le 23 avril, Saint Marc, le 25 avril et Sainte Aphrodite, le 28 avril.


eclosion-feuilles
Jeunes feuilles sur un arbre (Photo : Thomas sur azurs.net/photoblogv0)


Dictons liés aux Saints de Glace :

Saints Pancrace, Servais et Boniface apportent souvent la glace.
Avant Saint Servais, point d'été. Après Saint Servais, plus de gelée.
Quand il pleut à la Saint Servais, pour le blé, signe mauvais.

Par contre :
Saint Servais quand il est beau, tire Saint Médard de l'eau. (Saint Médard, le 8 juin)

En pays vigneron, vous entendrez peut-être parler de la Saint Urbain :
25 mai, Saint Urbain : Pape au 17e siècle

Quand la Saint Urbain est passée, le vigneron est rassuré.
Mamelon, Pancrace, Servais sont les trois Saints de Glace, mais Saint Urbain les tient tous dans sa main.

Repost 0
22 décembre 2008 1 22 /12 /décembre /2008 16:26

L'année civile commence le 1er janvier, mais l'année chrétienne, l'année liturgique, commence le premier dimanche de l'Avent. Ce nom d'Avent qui signifie avènement (ou arrivée) est donné aux quatre semaines qui précèdent Noël.

Décembre était un mois d'hiver où le froid, les gelées et la neige étaient nécessaires :

"Si Décembre est dans la neige,
la récolte se protège"

"Le givre en Avent fait prévoir une bonne récolte"

Les Avents devaient donc être froids et neigeux, la pluie était un mauvais présage :

"Sale Avent,
sale froment"

"Avent sec et froid, année d'abondance,
Avent mouillé, an pourri"

Noël aussi avait une grande importance et tous les proverbes disent que Noël devait être froid et neigeux :

"A Noël au balcon
A Pâques au tison"

"Noië au sèleu
Pâques au séyeu"
(Noël au soleil
Pâques au foyer)

"Noël herbeux
Pâques teigneux"

"Verte fête de Noël
Blanche fête de Pâques"

"Noël à la vie (au soleil)
Pâques à l'afu" (l'afu, c'est le feu de la cuisine)

"A la Saint-Thomas
jou et neu sont airotas"
(A la Saint-Thomas
jours et nuits sont arrêtés)
c'est-à-dire qu'ils n'augmentent ni ne diminuent.

En décembre, il n'y a pas, ou peu, de rentrée d'argent, le cultivateur vit sur ses économies :

"Desanbre pran
Mé ne ran ran"
(Décembre prend
mais ne rend rien)

Un proverbe comtois fait remarquer que le temps des douze jours qui vont de Noël aux Rois préfigure le temps de chacun des douze mois de l'année :

"Regarde comme sont menées
depuis le Noël douze journées
car en suivant ces douze jours
les douze mois feront leur cours"

Noël (le 25) représente janvier,
Saint-Etienne (le 26) février,
Saint-Jean (le 27) mars,
les Saints-Innocents (le 28) avril,
Saint-Thomas de Cantorbery (le 29) mai,
Saint-Roger (le 30) juin,
Saint-Sylvestre (le 31) juillet,
le jour de l'an, août,
Saint-Basile (le 2) septembre,
Sainte-Geneviève (le 3) octobre,
Saint-Odilon (le 4) novembre,
la veille des Rois (le 5) décembre...

PROVERBES ET DICTONS DE FRANCHE-COMTE,
de Robert BICHET
aux éditions Cêtre



Repost 0
12 novembre 2008 3 12 /11 /novembre /2008 12:45

L'hiver officiel ne commence qu'en décembre, mais en Franche-Comté, surtout à la montagne, il arrive dès novembre. On demande un temps un peu humide qui favorise les plantations et semis de bois. Au début de novembre, à la Toussaint, les proverbes expriment à la fois un regret de l'été et le commencement de l'hiver.

"A la Toussaint
l'hiver est en chemin"

En novembre, la Toussaint et la Saint-Martin (11 novembre) étaient des dates clefs qui apparaissent dans de nombreux proverbes.

"La Toussaint est venue,
laisse la charrue"

"A la Toussaint
tout est semé
tout est rentré"

Le mois de novembre et une partie de décembre sont une période de pluies et de vents d'hiver ; ne disait-on pas pas :

"En novembre, s'il pleut et tonne,
toute l'année sera bonne"

Le temps de Toussaint servait de repère :

"Tel temps à la Toussaint
Tel temps à Noël"

Les gelées avant la Toussaint appelaient des gelées après Pâcques :

"Autant il gèle avant la Toussaint
autant il gèle après Pâcques"

La Saint-Martin était aussi une date importante que retenaient les proverbes non seulement en raison de "l'été de la Saint-Martin" mais aussi parce qu'elle était, à la campagne, la date des locations, des fermages et des engagements de domestiques.

"A la Saint-Martin
bois ton vin
et laisse aller l'eau au moulin"

Les gouris d'hiver, c'est-à-dire les porcelets d'hiver, passaient pour être difficiles à engraisser :

"Qui veut du mal à un voisin
lui vend un gouri à la Saint-Martin"

On disait aussi :

"Bien souvent le grand Saint-Martin
pour trois jours sèche le chemin"

Il s'agit des trois jours de l'été de la Saint-Martin.

En Franche-Comté autrefois - sauf à la montagne où il durait longtemps - on comptait pour l'hiver quarante jours avant le 22 décembre et quarante jours après. Mais celà pouvait varier, car l'hiver "n'allait pas toujours son chemin" ; jugez-en par ce proverbe :

"Si l'hiver va son chemin
vous l'aurez à la Saint-Martin,
(11 novembre)
S'il arrive tant et quand,
vous l'aurez à la Saint-Clément,
(23 novembre)
Et s'il trouve quelqu'encombré
vous l'aurez à la Saint-André,
(30 novembre)
Mais s'il allait je ne sais au vrai
vous l'auriez en avril ou en mai"

La fin novembre est la bonne époque pour planter les arbres, aussi dit-on, à la Sainte-Catherine, le 25 novembre :

"A la Sainte-Catherine
tout bois prend racine"

A cette date, à la montagne, il neige presque toujours :

"La Sainte-Catherine
amène toujours la wouitine"

La wouitine, c'est la neige. On dit aussi :

"A la Sainte-Catherine
fais moudre ton blé,
car à Saint-André
le bief sera gelé"

PROVERBES ET DICTONS DE FRANCHE-COMTE,
de Robert BICHET
aux éditions Cêtre

Repost 0
8 octobre 2008 3 08 /10 /octobre /2008 10:35

La Franche-Comté est un pays de familles nombreuses. Les familles nombreuses ayant souvent du mal à vivre, beaucoup de Comtois, surtout à partir du 19e siècle, allaient travailler à Paris. Quand ils revenaient au pays, s'ils avaient réussi, il leur arrivait de se vanter, d'être "glorieux" comme on dit par chez nous.

Ceux qui étaient restés au pays, qui s'étaient enracinés, n'appréciaient pas les exilés ni leurs manières, et disaient d'eux :

"Comtois à tête creuse parti à Paris
en revient bien mal appris"

Les vieux Comtois disaient aussi, en montrant Paris du poing :

"Jaimâ bons vents ne bounes gens,
ne sont v'nus de c'te sens"

(Jamais bons vents ni bonnes gens
ne sont venus de ce sens)

C'est un proverbe que l'on retrouve dans de nombreux villages comtois à l'adresse de villages voisins.

Source : Proverbes et dictons de Franche-Comté de Robert BICHET

Repost 0
19 août 2008 2 19 /08 /août /2008 13:20

UTINAM, la devise officielle de Besançon, signifie "Plaise à Dieu".

Elle est visible sur la fontaine de la Place Jean Cornet, sur l'école Rivotte, le Palais de Justice, le Monument aux Morts...


Place Jean Cornet


En 1815, cette devise a été remplacé provisoirement par : "Deo et caesari fidelis perpetuo" (Fidélité éternelle à Dieu et à César). Etonnant à cette époque !


Repost 0