28 octobre 2010 4 28 /10 /octobre /2010 20:30

 

VOUGLANS - PONT DE LA PYLE 1 - oct 2010

 

 

VOUGLANS - PONT DE LA PYLE 2 - oct 2010

 

 

VOUGLANS - PONT DE LA PYLE 3 - oct 2010

 

 

VOUGLANS - PONT DE LA PYLE 4 - oct 2010

 

 

VOUGLANS - PONT DE LA PYLE 5 - oct 2010

 

 

VOUGLANS - PONT DE LA PYLE 6 - oct 2010

 

 

VOUGLANS - PONT DE LA PYLE 7 - oct 2010

 

 

VOUGLANS - PONT DE LA PYLE 8 - oct 2010

 

 

VOUGLANS - PONT DE LA PYLE 9 - oct 2010

 

 

VOUGLANS - PONT DE LA PYLE 10 - oct 2010

 

 

VOUGLANS - PONT DE LA PYLE 11 - oct 2010

 

 

VOUGLANS - PONT DE LA PYLE 12 - oct 2010

 

 

VOUGLANS - PONT DE LA PYLE 13 - oct 2010

Photos : encore Jeepy ! Merci... 

Repost 0
18 octobre 2010 1 18 /10 /octobre /2010 21:23

 

La vache qui Rit à Essaouira (Maroc) :

 

 

LA VACHE QUI RIT à Essaouira MAROC

Photo : Jean-Pierre, l'heureux retraité

 

Repost 0
Published by Eilvys70 - dans VOYAGES... VOYAGES
commenter cet article
23 septembre 2010 4 23 /09 /septembre /2010 21:11

 

Le Concept Car électrique imaginé par PEUGEOT était en démonstration cette semaine sur le circuit de Montlhéry, au sud de Paris.

  

 

PEUGEOT EX1

 

 

L'EX1, imaginée, dessinée et conçue par des stylistes et ingénieurs de PEUGEOT en France, a établi lundi six records d'accélération ou de vitesse des "voitures pesant moins de 1000 kilos".

   

1/8 mille: 8,89 sec / 50,61 mph

1/4 mille: 14,40 sec / 62,4 mph

500 m: 16,81 sec / 107 km/h

1/2 mille: 23,85 sec / 75,6 mph

1000 m: 28,16 sec / 127,8 km/h

1 mille: 41,09 sec / 87,6 mph

 

 

Une démonstration de la puissance et du style de l'EX1 s'est déroulée mardi au circuit automobile de Montlhéry devant les caméras : 

 

 


Peugeot EX1
envoyé par leblogauto. - Course et crash spectaculaires en vidéo.

 

 

L'EX1 a deux moteurs électriques de 125 kW chacun, donnant une puissance totale de 340 chevaux, une vitesse de pointe de 260 km/h et une accélération 0-100 km/h pour l'instant fichée à 3,5 secondes. Mais PEUGEOT pense que les essais futurs permettront de faire le 0-100 en deçà de 3 secondes, voire de 2,5 secondes, a déclaré à Autoblogue Gilles VIDAL , responsable du stylisme chez PEUGEOT. 

 

 

Le dossier de presse, signé Peugeot : CLIC ICI

 

 

Repost 0
21 août 2010 6 21 /08 /août /2010 22:31

 

DOLE 2010 mongolfieres decollage

 

 

DOLE 2010 mongolfiere CLAVIERE

 

 

DOLE 2010 mongolfiere Grand Dole

 

 

DOLE 2010 mongolfieres

 

 

DOLE 2010 dirigeable OMNI

 

 

DOLE 2010 dirigeable BODYTONE

 

 

DOLE 2010 dirigeable gris sous le soleil

 

 

DOLE 2010 champion du monde

 

 

Repost 0
7 août 2010 6 07 /08 /août /2010 17:49

 

Pour faire suite à mon article L'AFFAIRE LIP..., rubrique HISTOIRE, voici les principaux acteurs du conflit : 

 

 

Jean CHARBONNEL :

 

Né en 1927, Jean Charbonnel est un des derniers gaullistes de gauche ; normalien et énarque, il est agrégé d’histoire. Ministre du Général de Gaulle, il sera au parlement, au gouvernement, à la tête de l’UDR, un des jeunes loups, dans la mouvance progressiste incarnée par René Capitant et Louis Vallon.

 

Au moment où éclate le conflit Lip, il est ministre du développement industriel et scientifique du gouvernement Messmer. Contre les libéraux du gouvernement, il défend l’idée que le pouvoir politique doit intervenir dans l’économie et développe une grande politique industrielle.

 

Accusé de vouloir sauver Lip à tout prix, Jean Charbonnel sera débarqué du gouvernement lors d’un remaniement ministériel en février 1974.

 

 

Noëlle DARTEVILLE :

 

D’origine paysanne, formée par la Jeunesse Agricole Chrétienne. Noëlle Darteville fut avec Claude Mercet, aujourd’hui décédé, la principale déléguée CGT de Lip. Au moment du dépôt de bilan elle a été de ceux qui ont adhéré immédiatement à l’idée de fabriquer et de vendre les montres au profit du mouvement.

 

 

Fatima DEMOUGEOT :

  

Arrivée en France en 1962 à l’âge de 13 ans et demi, elle a déjà vécu la guerre d’Algérie. Après une installation et une expérience professionnelle difficiles en France, elle arrive à Besançon en 1967. Elle entre comme OS chez Lip, au vernissage des cadrans. Rapidement elle prend des cours du soir, passe sur les chaînes de montage, puis au contrôle qualité.

 

En mai 68, elle se syndique à la CFDT, participe à l’occupation de l’usine et aux négociations. Elle ne cessera plus de militer. A travers sa lutte pour l’emploi qui reste une valeur fondamentale, elle rencontre la réalité de la condition faite aux femmes et particulièrement à LIP, dont elle découvrira la surexploitation.

 

En 1987 Fatima fait face à une reconversion difficile. Elle s’oriente dans la formation professionnelle couplée d’une formation universitaire. Aujourd’hui, ses engagements sont associatifs ou individuels. Dans les quartiers, elle aide femmes, hommes, jeunes à faire ressortir l’image positive d’eux-mêmes, travaillant sur les problèmes de laïcité, de mixité et d’égalité.

 

  

Michel JEANNINGROS : 

 

Entré chez Lip en janvier 60 comme cadre supérieur, il était un collaborateur direct de Fred Lip et peut témoigner du despotisme incroyable de Fred par rapport à son état-major rapproché. Il adhère clandestinement à la CFDT en 1968 et sera dès lors un soutien inconditionnel du mouvement.

 

Michel Jeanningros est entré à l’action catholique ouvrière en 1973. Pendant le conflit, sa maison est ouverte à tous vents : s’y côtoient des journalistes, des étudiants, des militants du monde entier. Il est alors un membre actif du comité d’action, particulièrement chargé de la revue de presse quotidienne.

 

Il est aujourd’hui « l’archiviste » de Lip, il continue à recueillir et classer tout ce qui a trait au conflit. Grâce à lui, 9 mètres de rayonnages attendent les historiens aux archives départementales du Doubs.

 

  

Charles PIAGET :

 

Né en 1928, Charles Piaget est un militant syndicaliste, particulièrement actif lors du conflit social de l’entreprise d’horlogerie Lip dans les années 1970 où il aura été une figure emblématique du mouvement autogestionnaire français.

 

Salarié chez Lip depuis 1946, Charles Piaget s'est syndiqué à la CFTC dès 1949, puis, à la suite de la scission de ce syndicat, a pris sa carte à la CFDT. Mais c'est après le dépôt de bilan de Lip en 1973 et la menace de fermeture de l'usine de Palente à Besançon que va se déclencher le conflit durable qui va retenir l'attention des médias et faire la notoriété de Charles Piaget.

 

La candidature Charles Piaget à l'élection présidentielle de 1974 est proposée par une minorité du parti. Elle échouera, notamment à cause de la décision de la majorité du PSU (conduite par Michel Rocard) de se rallier à la candidature d'union de François Mitterrand.

 

 

Jean RAGUENES : 

 

 Son parcours n’a rien à voir avec celui de Charles Piaget , Roland Vitto ou Raymond Burgy. Il n’est entré chez Lip qu’en mai 1971, comme OS. Prêtre dominicain issu d’une famille bourgeoise de Bretagne, il a d’abord été éducateur pour l’enfance inadaptée, puis novice dans un ordre contemplatif, le Carmel, avant d’entrer chez les Dominicains. C’est donc avec un bac plus 10 qu’il se fait embaucher chez Lip au plus bas de l’échelle. En arrivant à Besançon, il considère son travail chez Lip comme alimentaire, et s’intéresse peu à la vie de l’entreprise. Il veut reprendre une action militante en direction des délinquants et installe dans sa maison une sorte de communauté ouverte pour les accueillir. Ses sympathies politiques sont plutôt "mao".

 

Lorsqu’éclate le conflit en 1973, il s’engage et devient l’un des animateurs du Comité d’Action dont la réflexion et les actions, parfois provocatrices, seront souvent décisives pour l’avancée de la lutte.

 

On le retrouve aujourd’hui au Brésil, où il est parti combattre aux côtés des paysans sans terre et des Indiens spoliés par les grands propriétaires terriens.

 

 

Raymond BURGY : 

 

 C’était le jeunot de l’équipe, arrivé chez Lip en 1965. Il a été sous-officier en Algérie et en a gardé un certain goût du commandement et des responsabilités. Grand organisateur de la clandestinité, il sera le garant de la gestion des montres et de l’argent.

 

Il a payé très cher son engagement dans la lutte, une hostilité que certains lui vouent encore aujourd’hui. Très intéressé par les problèmes d’organisation du travail, il acceptera, après la reprise, de seconder le nouveau patron de Lip, Claude Neuschwander, ce qui lui vaudra des accusations de traîtrise qui l’ont profondément marqué.

 

Aujourd’hui, il aide des jeunes en très grande difficulté à s’insérer dans le monde du travail et s’occupe activement d’une association de handicapés.

 

 

Rolland VITTO : 

 

Entré chez Lip en 1952, volontaire et combatif, il s’est rapidement présenté à Charles Piaget pour lui signifier son désir de militer avec lui. Comme lui, il appartient à l’Action Catholique Ouvrière (ACO) et la référence chrétienne est pour lui très importante. Pendant des années, ils vont s’atteler à la construction d’un véritable syndicat, compétent et combatif, au sein de l’usine Lip.

 

Repost 0
Published by Eilvys70 - dans GRANDES CAUSES
commenter cet article
5 août 2010 4 05 /08 /août /2010 20:58

 

Quelques heures de dépaysement dans les Alpes...

 

 

MONT BLANC depuis CHAMONIX

 

Repost 0
Published by Eilvys70 - dans VOYAGES... VOYAGES
commenter cet article
26 juillet 2010 1 26 /07 /juillet /2010 13:22

 

Comme promis dans mon article LE TELEFILM LIP EN TOURNAGE A BESANCON, rubrique QUAND ON PASSE A LA TELE !, voici en quelques lignes l'histoire de LIP à Besançon.

 

Un grand merci à Jean-Pierre qui m'a ouvert ses archives et sa mémoire... et à ses amis...

 

 

LIP EN QUELQUES DATES :

 

1867

Emmanuel Lipmann avec ses fils Ernest et Camille, fondent un atelier d’horlogerie sous l’enseigne Comptoir Lipmann.

1896

Le chronomètre Lip est lancé. La fabrication s’élève alors a environ 2500 pièces par an.

1931

La marque Lip devient Lip S.A. d’Horlogerie. Des actions de la société sont données aux distributeurs pour accélérer les ventes. Les trois directeurs sont alors James Lipmann (fils de Camille), responsable commercial, Fred Lipmann (fils d’Ernest), responsable technique, et Lionel Lipmann (fils d’Ernest), responsable de la communication.

1945

Les parents de Fred et de Lionel sont arrêtés lors de la rafle du vélodrome d’hiver et ne reviendront pas d’Auschwitz. Fred Lipmann s’autoproclame président de Lip.

1960

La situation financière de l’entreprise se dégrade.

1967

Fred Lipmann cède 33 % de ses parts à Ebauches S.A.

1970

Ebauches S.A. devient le principal actionnaire

1973

Lip fabrique les premières montres à quartz françaises. Mais la concurrence américaine et japonaise met l’entreprise en péril.

17 avril 1973

Lip dépose le bilan.

1973 - L’affaire Lip

Lors d’une réunion du comité d’entreprise extraordinaire, des ouvriers ouvrent la serviette de l’un des administrateurs et découvrent les décisions de restructuration et de licenciements qu’on cachait. L’usine de Palente est occupée sur le champ.

15 juin 1973

Une manifestation rassemble 12000 personnes dans les rues de Besançon.

18 juin 1973

Une assemblée générale décide la remise en route de la production, sous contrôle des travailleurs pour assurer un salaire de survie. La lutte des Lip est alors popularisée avec le slogan : "C’est possible : on fabrique, on vend, on se paie".

15 août 1973

Les gardes mobiles investissent l’usine et chassent les ouvriers. A l’annonce de cette nouvelle, de nombreuses entreprises de Besançon et de la région se mettent en grève.

29 septembre 1973

Une grande marche nationale sur Besançon est organisée. 100 000 personnes manifestent(La marche des 100 000).

15 octobre 1973

Le premier ministre Pierre Messmer annonce : Lip, c’est fini !

Octobre 1973

Claude Neuschwander accepte de reprendre l’entreprise Lip.

29 janvier 1974

La compagnie européenne d’horlogerie dirigée par Claude Neuschwander reprend les activités horlogerie de Lip. 850 ouvriers doivent être réembauchés. C’est la fin de la grève.

Présidentielle de 1974

Tentative de candidature à la présidentielle 1974 de Charles Piaget (le responsable CFDT de Lip), portée par une bonne partie de la gauche de la gauche et qui se voulait candidature symbole des luttes de l'époque ... Et qui avait fait dire à Edmond Maire, qui avait comme d'habitude tout compris (?!) : "un ouvrier horloger n’a pas les compétences nécessaires pour être président de la République".

1976-1978

Au cours des deux années, la nouvelle équipe de direction doit faire face à des difficultés imprévues : les fournisseurs n’honorent pas les commandes passées, Renault retire ses commandes ; le tribunal de commerce demande à Lip d’honorer les 6 millions de dettes de l’ancienne entreprise auprès des fournisseurs…

8 février 1976

Claude Neuschwander démissionne.

Avril 1976

La compagnie européenne d’horlogerie dépose le bilan.

5 mai 1976

Les Lip entament une nouvelle occupation de l’usine et relancent la production de montres.

12 septembre 1977

Face à l’absence de repreneurs, Lip est définitivement liquidée.

1984

La marque est rachetée par Kiplé... en liquidation en 1990.

1990

Jean-Claude Sensemat, industriel du département du Gers, acquiert la marque horlogère et tente de la développer avec une approche marketing plus moderne. En 2002, il signe un contrat de licence mondiale de Lip.

 

 

Voir l'article LES PRINCIPAUX ACTEURS DU CONFLIT LIP, rubrique GRANDES CAUSES...

 

 

Repost 0
Published by Eilvys70 - dans HISTOIRE
commenter cet article
22 juillet 2010 4 22 /07 /juillet /2010 07:09

 

Spectacle peu ordinaire que ce 1er Championnat du Monde de Joutes... Vous avez bien entendu... de joutes ! C'était au Chateau de Moncley à la mi-Juillet...

 

 

MONCLEY CHATEAU

Le chateau...

 

 

MONCLEY CHEVALIERS 1

Images d'un autre temps ! 

 

 

MONCLEY CHEVALIERS 2

La finale, Italien à gauche, Franc-comtois et vainqueur à droite...

 

 

MONCLEY CHEVALIERS 3

Les mêmes, échangeant leurs techniques, après le combat...

 

 

MONCLEY CHEVALIERS 4

Quelle chaleur, tout de même !

 

 

MONCLEY CHEVALIERS 5

Autre épreuve, à cheval cette fois : En 2010, on ne désarçonne plus l'adverse... On se contente de toucher pour "casser" sa propre lance !

 

 

MONCLEY CHEVALIERS 6

Le vainqueur...

 

Repost 0
6 juillet 2010 2 06 /07 /juillet /2010 21:30

 

En ce début de mois de Juillet, après les footballeurs, les politiques font la une ! Et les Franc-comtois se partagent les gros titres : réélection de Laurence PARISOT à le tête du MEDEF... et démission d'Alain JOYANDET de son poste de secrétaire d'Etat à la coopération, après avoir été épinglé dans plusieurs "affaires"...

 

Il y aurait bien des choses à dire... Notons simplement que, pour près des deux tiers des Français (64%), les dirigeants politiques sont "plutôt corrompus"...

 

Inquiétant ! La faute à qui ?

  

 

Pie-bavarde 

 

 

"La différence entre les oiseaux et les hommes politiques ?

De temps en temps les oiseaux s'arrêtent de voler... "

Coluche

 

Repost 0
13 juin 2010 7 13 /06 /juin /2010 13:35

 

Je vous parlais l'an dernier du petit village de Sainte-Anne et de son église, qui, rencontré par hasard, ne m'avait pas laissé indifférent...  Voir SAINTE-ANNE, rubrique VILLES, VILLAGES DE CHARME.

 

Aujourd'hui, les 40 habitants de Sainte-Anne ont lancé une souscription afin de sauver ce monument historique, bâti au XVIIe siècle. La réfection de l'église Saint-Thiébaut coûterait 550.000 euros. 60 à 75 % peuvent être espérés en subventions, cependant le compte n'y est pas encore...

 

 

Eglise Saint-Thiébaut

 

"Elle a été construite dans les années 1680-1690, avec les pierres de l’ancien château qui venait d’être rasé sur ordre de Louis XIV. Parce que le seigneur de l’époque était plus proche du roi d’Espagne. Le toit et le clocher ont été refaits. Elle a été classée monument historique il y a trois ans. Ce qui a plu ? Son côté authentique. Le tabernacle en bois sculpté et doré, le tableau de saint Thiébaut, le patron des charpentiers."  (Source : Est Républicain)

 

 

Contact : mairie.sainteanne@laposte.net et 03.81.49.54.64.

(réduction fiscale à hauteur de 66 %) 

 

Repost 0
Published by Eilvys70 - dans GRANDES CAUSES
commenter cet article