15 septembre 2012 6 15 /09 /septembre /2012 15:45

IL ETAIT UNE FOIS une grande cité que l'on appelle Damvauthier. Les habitants possèdent des champs, des vergers ; ils ont en abondance bétail, gibier et poisons fins. Ils vivent dans une oisiveté dorée et passent leur temps dans les festins et les fêtes. On peut remarquer sur la grand-place un vieillard à l'air mystérieux. On le regarde avec une curiosité mêlée de mépris.

 

"Gens de Damvauthier, enfants égarés, changez de vie pendant qu'il en est encore temps. Sinon la colère de Dieu s'abattra sur vous et vous retomberez au néant !"

 

Mais personne ne tient compte de ses avertissements.

 

C'est un jour d'hiver froid et triste. Une femme franchit les portes de la cité. Elle a l'air d'une pauvresse. Dans ses bras, elle porte un jeune enfant qui grelotte et pleure. Elle frappe aux portes, sans se lasser, des riches maisons... et reçoit de la part des domestiques les mêmes refus sans émotion et l'ordre de passer son chemin.

 

Soudain, elle voit venir un vieillard très bon, qui est le moine de Condat et qui les accueille dans sa petite cabane dans la forêt. Il les fait entrer et allume un bon feu, qui les réchauffe. Puis il apporte un morceau de pain d'orge et un bol de caillé. L'enfant se met à sourire et le vieillard le regarde avec attendrissement.

 

- Vous nous avez sauvés, dit la femme, comment pourrai-je jamais vous remercier ?

- Ne songez pas à celà, ma soeur, et reposez-vous.

 

Minuit, Damvauthier veille. Le repas s'achève et l'on apporte des boissons fortes. Le fête bat son plein : plaisir, gaité, insouciance...

 

Tout à coup, le tonnerre gronde plus violent qu'aux jours des pires orages. L'eau dans les rues monte, pénètre dans les maisons. Les plus faibles surnagent un moment puis s'enfoncent en poussant un cri.

 

Les survivants, établis sur les toits, voient l'eau qui continue de couler, à un niveau toujours plus haut. Les derniers rescapés disparaissent. Puis, c'est le grand silence. les clochers émergent un moment puis leurs croix. Damvauthier est engloutie sous les eaux.

 

Le lendemain, la femme regarde autour d'elle. Elle sort de sa cabane et observe la vallée. A la place de Damvauthier, elle voit un grand lac. Elle ne comprend pas.

 

Le vieillard s'approche :

- Ma soeur, dit-il, les gens de cette ville n'ont pas écouté les avertissements de Dieu et ils ont été punis. Malheur à qui ne porte pas secours à l'indigent ! Malheur à celui qui reste insensible aux larmes d'un enfant !

 

La femme, dès lors, vécut avec son enfant au bord de ce lac, ququel elle donna le nom de Saint-Point, son protecteur. La cabane devint quelques années plus tard une chapelle. Des pêcheurs ont raconté que leurs filets se sont accrochés aux croix des clochers de la ville engloutie. Et surtout, dans la nuit qui a suivi la Toussaint, on a pu entendre nettement, montant du fond du lac, pour rappeler aux hommes le châtiment du ciel, le glas sonné par les cloches de la cité maudite...

 

E.R 07/09/12

M. VIENNET

Partager cet article

Repost 0
Published by Eilvys70 - dans LEGENDES
commenter cet article

commentaires

asas 16/09/2014 08:09

asaas

vacondio-wolf 20/12/2012 19:19


Bonsoir, Ancienne inondée du Rhône je suis sensible à cette belle légende mais la réalité est dure et quiconque est
affaibli se voit être une proie toute trouvée pour les requins qui ne manquent jamais d'être présents sur les lieux de malheur...


La fleur

Hervé 02/11/2012 14:22


Bonjour,


Un petit passage pour te saluer en espèrant que tu vas bien. J'ai pu voir que tu avais beaucoup d'occupation avec le blog sue Brussey (j'ai même vu des personnes que je connais sur la photo du
repas de la St-Maurice).


Bon weekend, bises d'Hervé.