8 septembre 2008 1 08 /09 /septembre /2008 20:44


LE-PONT-BATTANT-160640
Le Pont Battant, détruit le 16 juin 1940, contre l'avis du Maire et de la Ville. Les autorités militaires firent dynamiter les ponts dans le but de ralentir la progression des allemands. Le vieux pont gallo-romain sera remplacé par un pont à une seule arche en 1953.
Photo prise sous l'occupation par un soldat allemand. Collection Daniel Bourguignon sur Besancon.fr


BRASSERIEGANGLOFF
La brasserie Gangloff, bombardée le 16 juillet 1943.
Photo : Marcel Bidoli. Besancon.fr

Pour les jeunes (COMME MOI !) qui n'ont pas connu cette époque, la brasserie Gangloff occupait l'emplacement de l'actuel immeuble Président.



PONT-BREGILLE-060944
Le Pont Bregille détruit les 5 et 6 septembre 1944
Photo : Marcel Senger. Besancon.fr


PASSERELLE-060944
La Passerelle, détruite par les allemands le 6 septembre 1944
Photo : Marcel Senger. Besancon.fr


"A Besançon, l'espérance de la Libération se précise depuis que la 7ème Armée Américaine du Général Patch et la 3ème division algérienne sont entrées en Franche-Comté, aux tout premiers jours de septembre.

Après des affrontements occasionnels, mais violents, l'offensive de la 3ème division américaine sur Besançon débute le 7 septembre à l'aube.

Nos alliés bénéficient du concours essentiel des maquisards F.F.I.

Au soir de cette journée mémorable, Besançon est libre."

Extraits du discours de M. Hamlaoui Mekachera,
ministre délégué aux anciens combattants
à Besançon, le 8 septembre 2004


ARMEE-AMERICAINE-PLACE-REVOLUTION
L'armée américaine place de la Révolution, à Besançon.
Photo : Robert GUERIN sur Besançon.fr


88 américains,
28 F.F.I.,
29 civils,
250 soldats allemands sont morts lors de ces combats intenses,
2500 soldats allemands sont faits prisonniers.

Le Général de Gaulle visite Besançon le 23 septembre 1944.


DE-GAULLE-230944
Le Général de Gaulle se dirige vers la Préfecture le 23 septembre 1944.
Photo : Besancon.fr


Aujourd'hui, 65000 personnes visitent chaque année le musée de la résistance et de la déportation (classé dans les 5 premiers de sa catégorie en France), à la Citadelle de Besançon. Créé à l'initiative de Denise Lorach (membre d'une famille juive de Franche-Comté, déportée à Bergen Belsen en 1944 avec son fils âgé de 4 ans) et de l'ensemble des associations de déportés et de résistants francs-comtois.


Et pour terminer, prenez le temps d'écouter une des plus belles chansons du répertoire de Jean-Jacques Goldman, "Si j'étais né en 17 à Leidenstadt" (les paroles suivent) :




Et si j'étais né en 17 à Leidenstadt
Sur les ruines d'un champ de bataille
Aurais-je été meilleur ou pire que ces gens
Si j'avais été allemand ?

Bercé d'humiliation, de haine et d'ignorance
Nourri de rêves de revanche
Aurais-je été de ces improbables consciences
Larmes au milieu d'un torrent

Si j'avais grandi dans les docklands de Belfast
Soldat d'une foi, d'une caste
Aurais-je eu la force envers et contre les miens
De trahir : tendre une main

Si j'étais née blanc et riche à Johannesburg
Entre le pouvoir et la peur
Aurais-je entendu ces cris portés par le vent
Rien ne sera comme avant

On saura jamais c'qu'on a vraiment dans nos ventres
Caché derrière nos apparences
L'âme d'un brave ou d'un complice ou d'un bourreau?
Ou le pire ou plus beau ?
Serions-nous de ceux qui résistent ou bien les moutons d'un troupeau
S'il fallait plus que des mots ?

Et si j'étais né en 17 à Leidenstadt
Sur les ruines d'un champ de bataille
Aurais-je été meilleur ou pire que ces gens
Si j'avais été allemand ?


Et qu'on nous épargne à toi et moi si possible très longtemps
D'avoir à choisir un camp

Partager cet article

Repost 0
Published by Eilvys70 - dans HISTOIRE
commenter cet article

commentaires

abellion 25/09/2008 06:51

C'est avec grand plaisir que j'accueille sur la communauté des patrimoines ce blog rempli de détails intéressants, sur cette belle région de France. En vous souhaitant une excellente continuation,